Le zouglou est un genre musical populaire et urbain né en Côte d'Ivoire, et tiré directement d'une pratique musicale remarquable appelée Woyo. Ce genre est également très populaire à Madagascar. Le terme zouglou est une création qu'on doit attribuer au milieu estudiantin, d'où est sorti d'ailleurs l'un des groupes les plus illustres du Zouglou : "Bilé Didier et Les parents du Campus". Le milieu estudiantin a joué un rôle essentiel dans l'évolution du zouglou. D'abord, il influence puissamment le zouglou en lui donnant désormais un accent irrémédiablement combattant. Ensuite la position de l'étudiant dans la société ivoirienne(à l'époque) a contribué à répandre largement le mouvement auprès des publics jeunes, de loin les plus nombreux, et de la population ivoirienne en générale. Le zouglou désigne à la fois une pratique musicale appelée Woyo et des pas de danse qui traduisent par le gestuel les difficultés rencontrées par les étudiants dans son milieu. En gros, il s'agit d'une prière qu'adresse l'étudiant (la créature) à Dieu (le créateur) pour demander son secours. Aujourd'hui la prière a évolué dans son contenu et dans sa forme.

 

Sommaire

 [masquer]

imagesHistoire

L'année 1990 est un point de repère central pour comprendre l'histoire du Zouglou.

Avant 1990 

le terme Zouglou n'existait pas. Il s'agissait alors d'une pratique musicale appelée le Woyo. Le Woyo qui se pratique encore aujourd'hui, peut être considéré comme le Zouglou dans sa forme originelle. Le Woyo tire vraisemblablement, et pour une bonne part, son inspiration des chants et sonorités du terroir.On notera une influence sensible du terroir "bété" sur le Woyo, et, à une moindre mesure, une influence d'origine étrangère, celle-là lié à la tradition hospitalière de la Côte d'Ivoire(Ghana). Le Woyo met en présence un groupe constitué d'acteur essentiellement jeune.Un lead vocal, un chanteur en second chantant parfois en duo avec le lead, des répondeurs(choristes). Au niveau instrumental; essentiellement des instruments à percussions.Un nombre variable de tam-tam dont principalement le solo. Chaque tam-tam à son importance. À cela il faut ajouter d'autres instruments grelot, castagnettes et le fameux couple : cuillère-bouteille. Cette pratique musicale a gagné de l'audience à la faveur d'évènements joyeux : manifestation sportive (OISSU) ou évènement triste(funérailles).

De 1990 à nos jours MS1

Au début des années 1990 alors que les conséquences du discours de la baule consacre une rupture dans les habitudes politiques une nouvelle musique nait en Côte d'Ivoire : c'est le Zouglou. le Zouglou tout comme le "Ziguéhi" ou l'"Agnangnan" rompt également avec les habitudes musicales ivoiriennes. Les artistes Zouglou n'était pas forcément des professionnelles et la vision musicale n'était plus la même. Mais l'impact que le Zouglou aura eu sur le pays reste plus grand et mémorable. La première génération d'artistes zouglou bénéficie plus ou moins des retombées commerciales de leur œuvres mais on est encore loin du compte. La courbe du Zouglou décline avec l'invasion du hip hop, mais revient en force en 1995 avec "les Salopards" (Bouche bée) et 1996 grâce à "Poussins chocs" (Asec vs Kotoko).

En évoluant dans le temps, le Zouglou a créé et proposé de façon successive des pas de danses sans toute fois changer véritablement la forme musicale: Gnakpa, Kpakpro. Mais en réalité aussi bien en Côte d'Ivoire qu'ailleurs le Zouglou souffre d'un problème réelle de communication.Bien qu'en 1999 le Zouglou acquiert une notoriété internationale, grâce à Magic system, la question d'une sérieuse promotion du Zouglou reste sans réponse efficace. Autrement c'est moins le Zouglou qui se vend que le seul groupe Magic system presque.

On compte à ce jour plusieurs dizaines de groupes et ou d'artistes Zouglou : Yodé & Siro (meilleur album Zouglou 2009 avec SIGNE ZO, Mèlèkè, Lago Paulin, Khunta & Cisco(Gochinago), Les patrons, Nouveaux dirigeants, Coco Hilaire, Vieux gazère, Oxygène, Espoir 2000, Les garagistes...

Podium 

Mais c'est bien l'émission Podium qui servira de tremplin majeur au développement de ce genre musical. Ce programme télévisé est un précurseur d'émissions telles À la Recherche de la Nouvelle Star en France ou encore American Idol aux États-Unis à la différence qu'elle mettait en compétition des groupes et non des chanteurs (même s'il existe toutefois des récompenses individuelles). C'est au cours de Podium et de sa séquence Ambiance-facile que la Côte d'Ivoire s'identifiera enfin autour d'une musique véritablement nationale.

Une musique abidjanaise et véritablement ivoirienne 

Si jusque-là des chanteurs comme Bailly Spinto ou encore Alpha Blondy beaucoup plus connus avaient réussi à porter haut les couleurs de la musique ivoirienne, il faut toutefois noter que leurs chansons étaient soient d'inspiration du folklore français pour les uns ou totalement reggae pour les autres. Le rock, avec par exemple Gnahoré Jimmy, à cette époque essayait également de se faire une place. D'autres chansons traditionnelles tiraient également leur épingle du jeu. Mais cette fois une musique « ivoirienne » était née. Il s'agissait plus fortement même d'une musique urbaine propre à la ville d'Abidjan.

Ce concept a évolué pour inspirer de nouveaux genres musicaux et danses (Mapoukagnakpacoupé-décaléyoussoumba, etc.) promus par la jeunesse.

Artistes et groupes phares 

initial initial; background-repeat: initial initial;">Albums phares et Classiques du Zouglou [modifier]

  • Terre des Hommes (koro), Soum Bill
  • Que la lumière soit, Soum Billimages__1_
  • Premier Gaou, Magic System
  • Zouglou Dance, Magic System
  • Tapis Rouge, Les Garagistes, considéré comme un classique du Zouglou Ivoirien.
  • Serie C, Espoir 2000
  • Gloire à Dieu, Espoir 2000
  • Empreinte divine, Les Mercenaires
  • Gohinako, Khunta et sixko